Qui développera une dermatite atopique ?

La dermatite atopique est très fréquente elle affecte plus de 10% des nourrissons avec souvent un terrain familial. Ces chiffres sont en constante augmentation. Elle se manifeste par une sècheresse de la peau (xérose cutanée) et devient de l’eczéma par la suite qui donnera :

• Rougeurs,

• Démangeaisons,

• Vésicules

• Croûtes

Tout ceci évoluera par poussées d’eczéma.

Comment évolue l’eczéma atopique?

Rougeur de la peau qui se met à gratter. La démangeaison chez le tout petit enfant est souvent à l’origine de troubles du sommeil. Des surélévations de la peau surviennent et se transforment en vésicules avec un contenu liquidien. Ces vésicules peuvent fusionner et/ou libérer leur liquide qui fait donc apparaître la phase de suintement. Le suintement va sécher et devenir des croutes : c’est la phase crouteuse. La dermatite atopique commencera chez le nourrisson vers 3 mois ou le jeune enfant génétiquement prédisposé. Elle se localisera sur le visage. Dans la plupart des cas, il ne s’agit pas d’une allergie sauf en cas de signe digestif ce qui pourra engendrer des recherches complémentaires.

Sur quelle partie du corps retrouve-t-on l’eczéma ?

La localisation des lésions dépendra de l’âge :

• Chez le nourrisson, ce sera plutôt le visage : les zones convexes (les joues et le menton) mais en cas de grande poussée d’eczéma toutes les parties du corps peuvent être atteintes.

• Chez l’enfant plus grand, ce sera plutôt les plis des coudes, des poignets et de l’arrière des genoux.

• Chez l’adulte, en cas de persistance de la dermatite atopique, l’atteinte peut être généralisée mais l’atteinte sera la même que le grand enfant.

Quelle est l’évolution de la dermatite atopique ?

La dermatite atopique évolue en alternant des phases de poussées (crises) et des phases de rémission. Il n’y a pas d’âge prévisible de disparition de la dermatite atopique. La majorité des dermatites atopiques s’améliore puis disparait au cours de l’enfance. Un faible pourcentage des dermatites atopiques persistera à l’âge adulte sans explication.

Chez l’enfant, d’autres manifestations atopiques peuvent s’associer ou apparaître au cours de sa vie : allergie alimentaire, souvent dès le plus jeune âge, asthme (25%), rhume des foins. Ces pathologies sont des manifestations du terrain atopique.

Quelles sont les causes de la Dermatite Atopique ?

Si l’un des parents est atopique, le risque pour les enfants de l’être également est augmenté. Ce risque augmente si les deux parents ont une dermatite atopique. Il y a donc sans doute possible une composante génétique.

Les poussées de d’eczéma atopique sont favorisées par l’utilisation d’irritants comme le savon, les détergents, les tissus rêches, certains aliments, la chaleur et la sueur. La sécheresse de l’air ambiant peut engendrer des démangeaisons et une poussée d’eczéma. Il est donc important d’éviter tout ce qui peut agresser la peau. La fréquence des maladies atopiques s’est accrue au cours des dernières décennies dans les pays industrialisés ou à niveau socio-économique élevé.

Faut-il faire des examens complémentaires ?

La dermatite atopique est de diagnostic CLINIQUE avec une topographie, un aspect et une chronologie des lésions assez typiques. Le diagnostic est toujours fait par l’examen du dermatologue et l’interrogatoire.

Un bilan allergologique peut parfois être utile dans des situations bien précises et non systématiques.

Que faire en cas de Dermatite Atopique ?

La dermatite atopique nécessite un traitement s’inscrivant dans la durée. En complément du traitement prescrit par le médecin, des mesures simples vont permettre d’en améliorer la prise en charge en augmentant l’efficacité du traitement et la qualité de vie des patients :

Éviter et réduire l’effet des contacts irritants
• L’hygiène comme alliée
• L’importance de l‘hydratation cutanée
• Le suivi du traitement de votre dermatologue

La dermatite atopique est une maladie chronique cutanée. Il faut donc apprendre à vivre avec elle. Il faudra acquérir les règles de bon usage des traitements des crises et des traitements de fond qui vont permettent de réduire la fréquence des crises et leurs intensités.

17 place Pey-Berland • 33000 Bordeaux
Le cabinet est ouvert du lundi au vendredi
de 09h00 à 19h00.

05 24 73 34 46

Comment venir :
Tramway A – B : Hôtel de Ville – 45m
Parking : Pey-Berland / Saint Christoly
Bus 45 – 24 : Musée d’Aquitaine – 376m