Qu’est-ce que la rosacée ?

La rosacée est une pathologie dermatologique inflammatoire fréquente, affichante et malheureusement stigmatisante socialement.

Elle atteint les petits vaisseaux du visage et le plus souvent sur les patients à peau claire, elle était d’ailleurs appelée la « malédiction des Celtes ».

 

 

 

D’où vient la rosacée ?

La rosacée et la couperose se retrouvent DEUX fois plus souvent chez la femme entre 40 et 50 ans avec un début vers 30 ans, ce qui n’exclut pas un début bien plus tôt dans la vie. Cette pathologie touche 2 à 3% de la population française soit presque un million de personnes.

La physiopathologie (origine) est malheureusement encore mal comprise, cependant on s’oriente de plus en plus vers un problème des petits vaisseaux du visage. En effet, dans les grandes lignes, on retrouvera des bouffées vasomotrices (bouffées de chaleur, « flush ») et un érythème (rougeur), permanent (la couperose).

Ces anomalies des vaisseaux favoriseraient une prolifération anormale du Demodex folliculorum qui est un acarien (parasite) vivant habituellement dans les follicules du visage. Ce demodex déclenche par la suite des phénomènes d’inflammation se traduisant par des boutons rouges (papules) souvent surmontés de petites pointes blanches allant de la taille d’une tête d’épingle à plusieurs millimètres : ce sont les fameuses pustules.

L’aspect général du visage évoque à tort un alcoolisme chronique, qui est socialement difficile à vivre, en particulier chez les femmes.

La rosacée est parfois appelée encore « acné rosée » ou « acné rosacée », ces dénominations ne sont plus utilisées à ce jour.

Quels sont les différents stades de la rosacée ?

La rosacée évolue en TROIS stades, sans qu’ils ne soient tous obligatoires.
Le diagnostic est avant tout clinique, aucun examen complémentaire n’est nécessaire. Mais il s’agit d’une maladie capricieuse qui évolue par poussées.

 

LE STADE VASCULAIRE

• Bouffées vasomotrices : les FLUSHS
Les patients ont des poussées brutales de rougeur du visage et du cou, avec sensation de chaleur : les flushs. Les crises durent quelques minutes puis la peau du visage redevient normale.
Ces flushs sont provoqués par les changements de température, l’absorption de boissons chaudes, d’alcool ou d’aliments épicés.

• Rosacée érythémato-télangiectasique : La COUPEROSE
Les rougeurs PERMANENTES (contrairement au flushs) sont situées sur les joues, le nez, le menton et la partie centrale du front.
L’érythrose faciale (rougeur) est permanente et associée à des télangiectasies (petits vaisseaux).
Ces télangiectasies (petits vaisseaux) forment des mailles qui se localisent aux joues et sur les ailes du nez. La rosacée érythémato-télangiectasique s’associe ou non à des bouffées vasomotrices.
Les brûlures oculaires avec une sensation permanente de grain de sable dans l’œil peuvent être associées et sont appelées rosacée oculaire.

 

STADE DES PAPULO-PUSTULES : phase d’état caractéristique de la rosacée

Des papules (boutons rouges) inflammatoires et des pustules (boutons rouges surmontés de points blancs) apparaissent sur un fond de rougeur (érythrose) et de petits vaisseaux (couperose) toujours au niveau de la face.

Les boutons peuvent être assez étendus mais respectent le pourtour de la bouche et des yeux. Il n’y a pas de cicatrice. Cependant, il existe un équivalent de rosacée siégeant autour de la bouche : la dermite périorale qui évolue le plus souvent chez des sujets plus jeunes. 

 

STADE DU RHINOPHYMA

Il atteint principalement les hommes (dans plus de 95 % des cas), et dans la majorité des cas après 50 ans.

Le nez est bosselé et augmente de volume, rouge avec des pores très dilatés. La peau s’épaissit au fur et à mesure, puis le nez prend l’aspect de la « trogne », bien qu’il n’y ait pas de lien démontré avec l’alcool.

Comment évolue la rosacée ?

La rosacée débute le plus souvent chez des adultes d’âge moyen et donc après l’acné avec laquelle elle n’a pas de lien.

Le froid, le travail à la chaleur, le soleil sont incriminés dans le déclenchement des débuts, mais pas de la phase permanente.

Les phases de flushs ont tendance à s’estomper avec l’âge pour faire place aux phases d’érythrose et de couperose.

L’évolution est chronique, emmaillée de poussées de papules (boutons rouges) et de pustules (boutons rouges surmontés de points blancs) survenant sans cause apparente.

Que peut-on alors faire contre la rosacé ?

ÉRYTHEME (rougeur) ET COUPEROSE (petits vaisseaux)
L’érythème (rougeur) et la couperose (petits vaisseaux) ne sont pas sensibles aux traitements médicaux (pommade ou comprimé).
La couperose peut être traitée par électrocoagulation, ancienne méthode, mais surtout par LASER VASCULAIRE qui est la méthode de référence avec une efficacité redoutable.

FORMES MINEURES de papules (boutons rouges) et de pustules (boutons rouges surmontés de points blancs)
Les formes mineures peuvent être contrôlées par des crèmes au métronidazole, à l’acide azélaïque, ivermectine et des cosmétiques.

FORMES PLUS DIFFUSES de papules (boutons rouges) et de pustules (boutons rouges surmontés de points blancs)
Les formes plus importantes répondent bien aux antibiotiques, seuls ou avec le métronidazole en crème.
Le rhinophyma doit être traité chirurgicalement ou à l’aide d’un laser CO2 en fonction de sa taille et du patient.
La cortisone en crème ou en comprimé est formellement contre-indiquée puisqu’elle sera efficace le temps de l’utilisation mais dès son arrêt, la rosacée reprendra de plus belle et surtout plus forte. Il existe d’ailleurs des rosacées cortico-induites (induites par la cortisone). Son utilisation se fera exceptionnellement par votre dermatologue avec un suivi rapproché.

Quels conseils en cas de couperose ou de rosacée ?

Se protéger du soleil
La rosacée apparait sur une peau claire, il est très important de se protéger efficacement du soleil. Il est alors nécessaire de toujours utiliser des protections efficaces contre les UV.

Refroidir les bouffées de chaleurs (flushs)
Il n’y a pas de traitement spécifique pour contrôler les FLUSHS, un petit truc peut parfois aider : sucer un glaçon. Ce simple geste permet de faire disparaître rapidement les symptômes.
Il faudra essayer de limiter les causes connues de déclanchement des poussées : alcool, alimentation épicée…

Utiliser un maquillage adapté
Les poudres et les fonds de teint gras sont à proscrire puisqu’ils peuvent aggraver la rosacée mais il existe des fonds de teint médicaux qui sont couvrants.
En raison du besoin important d’hydratation de la peau, il faut utiliser des cosmétiques fluides pour qu’ils puissent hydrater sans boucher les pores de la peau.
Il ne faut pas négliger ces cosmétiques couvrant qui peuvent nettement améliorer la qualité de vie et aider à faire disparaître les conséquences trop visibles de la maladie.

Les idées fausses
Il n’existe pas de lien entre rosacée et acné.
Si l’alcool peut aggraver les symptômes de rosacée, il n’en est pas la cause.
L’alimentation n’est pas en cause dans l’apparition d’une rosacée.
Le stress n’a aucun lien documenté avec la maladie.

17 place Pey-Berland • 33000 Bordeaux
Le cabinet est ouvert du lundi au vendredi
de 09h00 à 19h00.

05 24 73 34 46

Comment venir :
Tramway A – B : Hôtel de Ville – 45m
Parking : Pey-Berland / Saint Christoly
Bus 45 – 24 : Musée d’Aquitaine – 376m